Vigilance dans la conduite des affaires

Vivendi dispose, depuis 2002, d’un Programme de vigilance qui énonce les règles d’éthique générales applicables à chaque collaborateur du groupe quels que soient son niveau hiérarchique et ses fonctions. Ces règles de conduite couvrent les droits des salariés, la sincérité et la protection de l’information, la prévention des conflits d’intérêts, l’éthique commerciale et le respect des règles de concurrence, l’utilisation des biens et des ressources appartenant au groupe, l’éthique financière et le respect de l’environnement. Leur respect est une condition d’appartenance à Vivendi.  

Afin de garantir les meilleurs standards dans la conduite des activités du groupe, le Directoire veille à l’application de ce programme. La cohérence de l’ensemble est garantie par le Secrétaire général du groupe et le Compliance Officer des principales unités opérationnelles. Un rapport d’activité est remis annuellement au Comité d’audit, qui en rend compte au Conseil de surveillance.

 

Les axes structurants

  • Garantir la bonne gouvernance du groupe
    • S’assurer de l’indépendance des membres du Conseil de surveillance
    • Préserver la transparence
    • Entretenir un dialogue régulier avec les parties prenantes
  • Promouvoir une démarche éthique dans la conduite des affaires
    • Lutter contre la corruption
    • Prévenir les pratiques anticoncurrentielles
    • Contribuer aux politiques publiques via un lobbying responsable
    • Veiller au déploiement d’une communication/marketing responsable
  • Favoriser la prise en compte des enjeux RSE dans les relations avec fournisseurs et sous-traitants
    • Analyser la chaîne d’approvisionnement du groupe
    • Encourager l’adoption des critères RSE dans la sélection des fournisseurs

 

Quelques exemples d’actions et de bonnes pratiques

Garantir la bonne gouvernance du groupe

  • Vivendi a mis en place une structure duale de gouvernement d’entreprise composée d’un Conseil de surveillance et d’un Directoire.  Le Conseil de surveillance de Vivendi compte quatorze membres : huit hommes et six femmes, dont un représentant des salariés et une représentante des actionnaires salariés du groupe. Neuf membres sont indépendants. Deux comités spécialisés fonctionnent au sein du Conseil de surveillance : le Comité d’audit et le Comité de gouvernance, nomination et rémunération.

Plus d’infos 

  • Le dialogue avec les parties prenantes est au cœur de la politique RSE de Vivendi. Cette démarche fixe un cadre général que chacune des filiales s’approprie et décline localement avec ses propres parties prenantes. Ainsi, Canal+ en France organise annuellement une réunion plénière de concertation avec les associations de consommateurs. UMG a identifié ses principales parties prenantes (les artistes et leurs managers, les distributeurs et les acteurs du numérique, les fournisseurs, les autorités nationales et européennes, les médias, les associations de parents et de consommateurs et les organismes professionnels) et a mis en place un dialogue ouvert et collaboratif. Au sein de Vivendi Village, le dialogue avec les professionnels de l’industrie se déroule dans le cadre d’associations dont les entités sont membres.

Plus d’infos 

Promouvoir une démarche éthique dans la conduite des affaires

  • Vivendi s’engage à agir contre la corruption sous toutes ses formes : le groupe a fait de la lutte contre la corruption et du refus de tout avantage indu, de quelque nature que ce soit et par quelque moyen que ce soit, dans le but d’obtenir un traitement de faveur, une règle de conduite expressément formulée dans son Programme de vigilance. Les filiales déclinent leur politique anticorruption à partir du Programme de vigilance et du Pacte mondial des Nations unies dont le groupe est signataire.

Plus d’infos 

  • La Charte sur la protection des données et des contenus, adoptée par Vivendi en 2008, formalise les principes appliqués par le groupe en matière de communication et de marketing responsable. Le groupe porte une attention particulière à la protection des jeunes publics, dans l’esprit des « Principes directeurs sur les droits de l’enfant et les entreprises » établis en 2012 par le Pacte mondial de l’ONU, l’Unicef et Save the Children. En 2015, dans le cadre de sa démarche de dialogue avec les parties prenantes du secteur, au sein du Forum RSE Médias, Vivendi a contribué à l’élaboration d’une fiche pratique « RSE et publicité » qui retrace les enjeux éthiques liés à la publicité dans les industries de contenus et propose des bonnes pratiques.

Plus d’infos

 

Favoriser la prise en compte des enjeux RSE dans les relations avec fournisseurs et sous-traitants

  • Les engagements de Vivendi en matière de chaîne d’approvisionnement relèvent du Pacte mondial des Nations unies et des règles de conduite du Programme de vigilance, ainsi que de la Charte française Relations fournisseurs responsables à laquelle l’entreprise a adhéré en 2013. Dans le cadre du reporting extra-financier, Vivendi analyse sa chaîne d’approvisionnement et les risques qui y sont associés, notamment au moyen d’indicateurs précis se rapportant aux achats effectués avec les fournisseurs et sous-traitants qui représentent au moins 75 % de la dépense globale de chacune des filiales.

 

Indicateurs achats VF
Source : Document de référence 2015 p 27. Chiffres au 31/12/2015.
  • Cette vigilance à l’égard des fournisseurs fait l’objet d’une mobilisation des instances de décision et des métiers, avec une attention particulière portée aux enjeux propres au secteur des médias et des contenus. Au niveau du Conseil de surveillance, le sujet est à l’agenda du Comité d’audit qui, deux fois par an, examine la politique RSE du groupe. Au niveau transversal, les filiales ont été particulièrement sensibilisées à l’enjeu des droits de l’Homme dans les relations d’affaires lors de Comités RSE dédiés. Également soucieuse de partager ces réflexions exigeantes auprès de ses différents publics, la Direction de la RSE a consacré deux émissions spéciales de Vivoice, la webradio RSE de Vivendi, aux thèmes : « Achats responsables : des engagements à leur mise en œuvre» ou encore : « Entreprises : le pari de l’innovation et de la confiance numériques ».

Plus d’infos 

 

 

Les documents à consulter