Accompagnement et protection de la jeunesse dans ses usages numériques

Dans un environnement numérique qui bouleverse les usages médias et les pratiques culturelles, Vivendi a défini, dès 2003, l’accompagnement et la protection de la jeunesse comme un enjeu stratégique de sa politique RSE. Depuis 2010, cet enjeu fait partie des critères RSE pris en compte dans la rémunération variable des dirigeants du groupe.

En effet, Vivendi propose des contenus numériques créatifs et des services d’échanges et d’accès aux médias auxquels aspirent tout particulièrement les jeunes publics. Internet, musique, films et programmes audiovisuels sont autant d’opportunités qui favorisent la créativité, le développement des talents, l’expression artistique et l’accès au savoir. Sources d’épanouissement, ces offres numériques peuvent exposer les jeunes internautes à des risques : divulgation des données personnelles, accès à des contenus sensibles, usages excessifs.

 

Les axes structurants

  • Accompagner les jeunes publics
    • Permettre aux jeunes d’exercer leur créativité et leur citoyenneté
    • Donner la parole aux jeunes sur leurs pratiques culturelles et numériques
    • Faire connaître les métiers des industries créatives et des médias
    • Encourager l’éducation aux médias
  • Protéger la jeunesse
    • Promouvoir des règles de déontologie
    • Mener des actions de sensibilisation
    • Offrir aux parents et aux jeunes des outils appropriés

 

Quelques exemples d’actions et de bonnes pratiques

  • Accompagner les jeunes publics

Impliquer les jeunes citoyens et étudiants aux réflexions sur la RSE des médias s’inscrit pleinement dans la démarche de Vivendi. C’est pourquoi, dans le cadre de son partenariat avec Sciences Po, Vivendi a souhaité solliciter le point de vue des étudiants du programme Europe-Afrique en les invitant à rédiger un essai sur le thème de la diversité culturelle et du numérique en Afrique. Les étudiants, âgés de 17 à 19 ans, ayant réalisé les meilleurs essais ont été récompensés lors d’une cérémonie à l’Unesco qui célébrait les dix ans de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Leurs écrits ont été publiés sur Culture(s) with VivendiUne rencontre a été ensuite organisée entre les étudiants et certains dirigeants du groupe. 

Dans le cadre du Grand Prix Sciences Po – Vivendi pour l’innovation RSE des médias (plus d’infos), Vivoice , la webradio RSE de Vivendi, a reçu David Mignot, Directeur général de Canal+ Afrique et membre du jury ainsi que Manuela Boma-Atta et Julie Bourdin, auteures de l’essai gagnant.

  • Encourager l’expression des talents créatifs

Les filiales sont à l’origine de nombreuses initiatives pour encourager l’expression des talents créatifs. En Afrique, Canal+ a lancé en novembre 2015 le projet MDR !, en partenariat avec CFI, l’agence française de coopération médias, pour identifier et former les talents africains de demain qui participeront à la création de nouveaux programmes courts humoristiques. De leur côté, les studios d’enregistrement Abbey Road, propriété d’UMG, ont lancé en 2015 l’Abbey Road Institute, un institut d’éducation qui propose des formations d’ingénieur du son et de production musicale à Londres mais également en Australie, Allemagne et France.

En Afrique, UMG, en partenariat avec le réalisateur britannique Richard Curtis, a organisé un concours auprès de la jeunesse pour l’associer à l’écriture de la chanson « Tell Everybody » dans le cadre de la campagne de sensibilisation aux nouveaux objectifs de développement durable des Nations unies. Près de 6 000 jeunes de 24 pays ont envoyé leurs propositions de paroles, via leur téléphone mobile.

Plus d’infos

  • Une protection des droits de l’enfant adaptée à l’environnement numérique

Vivendi a adopté dès 2008 une Charte sur la protection des données et des contenus dans laquelle le groupe affirme son engagement en faveur de la lutte contre la diffusion de contenus illégaux, notamment à l’égard des enfants.

En plus de fournir des espaces sécurisés pour les jeunes publics (tels que Canalplay Kids ou l’offre Kids by Watchever) sur leurs offres de contenus linéaires ou à la demande, les filiales de Vivendi veillent à proposer aux parents des outils de contrôle et une classification des contenus accessibles sur Internet. Ainsi par exemple See Tickets, filiale de Vivendi Village, informe ses clients de la limite d’âge relative aux concerts proposés sur son service de billetterie. En 2015, Universal Music Group a élargi son projet de classification de vidéoclips par tranche d’âge, lancé au Royaume-Uni l’année précédente, aux quatre autres pays les plus importants en termes d’activité pour le groupe: Allemagne, Etats-Unis, France et Japon.

Les filiales de Vivendi ont mis en place des structures et de process dédiés. La chaîne Piwi+ de Canal+, dédiée à la jeunesse, s’appuie par exemple sur un comité d’éthique constitué de pédiatres, d’éducateurs et de parents pour s’assurer que son offre s’inscrit dans le respect de ses engagements relatifs à la protection des enfants et des adolescents. Nc+, filiale de Groupe Canal+ en Pologne, veille de son côté à encadrer les communications commerciales qui s’adressent au public le plus jeune : ces dernières sont évaluées sur la base d’une charte interne dont les principes ont été établis en conformité avec la réglementation nationale et internationale (y compris la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989).

Plus d’infos 

 

Les documents à consulter