Des critères RSE inclus dans la rémunération variable des dirigeants

Lors de l’Assemblée générale des actionnaires du 30 avril 2009, le Président du Conseil de surveillance de Vivendi a annoncé que des objectifs de RSE seraient pris en compte dans les rémunérations variables des dirigeants du groupe dès 2010. Vivendi a été l’une des premières entreprises du CAC 40 à entreprendre cette démarche.

Il s’agit, pour les dirigeants de Vivendi, de mesurer leur contribution à des objectifs de performance liés aux enjeux stratégiques de RSE, communs à toutes les filiales et en rapport direct avec leur activité. Ces objectifs sont établis par chaque filiale, en concertation étroite avec la Direction de la RSE et la Direction des ressources humaines de Vivendi.  Les indicateurs qui leur sont associés doivent être pertinents, mesurables et vérifiables par un cabinet spécialisé, externe et indépendant. Le Comité de gouvernance, nomination et rémunération, au sein du Conseil de surveillance, évalue les performances des dirigeants sur chacun de ces critères de responsabilité sociétale et détermine le taux de bonus correspondant.

En 2015, les dirigeants ont atteint la plupart des objectifs et en ont même dépassé certains. Le montant de rémunération relatif à ces objectifs peut s’élever jusqu’à 10  % de la part variable. Ils ont concerné 1 102 cadres dirigeants au sein des filiales et du siège de Vivendi.

 

 

Pour chacun de ces enjeux stratégiques, voici quelques exemples d’objectifs fixés pour l’exercice 2015 :

– engagement de Canal+ à promouvoir les talents locaux à l’international et à renforcer la place des femmes expertes invitées à l’antenne ;

– accompagnement par UMG des talents locaux dans les marchés émergents ou en développement ;

– engagement d’UMG à mettre en place un forum réunissant les cinq pays les plus importants en termes d’activité. L’objectif du forum est d’élaborer un guide de bonnes pratiques afin de classifier les vidéoclips par tranche d’âge ou descripteur de contenus puis d’instaurer un dialogue avec les partenaires commerciaux notamment, pour mettre en œuvre ce guide ;

– promouvoir ce guide de bonnes pratiques dans ces cinq pays ;

– engagement d’UMG à renforcer la formation des collaborateurs à la politique de protection des données personnelles (au-delà des salariés impliqués dans les directions juridiques, relations clientèle ou marketing et déjà formés) ;

– assurer une formation spécifique à l’intention des conseillers clientèle de Canal+.

Pour en savoir plus, consulter le Document de référence 2015

 

Date de mise à jour :