SFR, en première ligne pour la lutte contre la pauvreté

Publié le
SFR, en première ligne pour la lutte contre la pauvreté

Dans le cadre des journées contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale des 10 et 11 décembre, Emmaüs Défi vient d’inaugurer un nouveau bric-à-brac à Paris, en présence notamment de François Hollande. Une opération à laquelle SFR a été pleinement associée. Cette ouverture s’inscrit en effet dans le cadre du partenariat engagé en 2009 entre SFR et Emmaüs Défi, pour lutter contre l’exclusion.

Ce partenariat a permis aux équipes d’Emmaüs Défi de s’appuyer sur le savoir-faire de collaborateurs SFR en matière d’aménagement d’espaces de vente au démarrage du projet. Ce partenariat vise aussi à développer une solution de téléphonie solidaire.

Ce programme de téléphonie solidaire est le seul à répondre aujourd’hui aux 5 critères d’une offre réellement « solidaire »*. Les personnes en difficultés peuvent disposer d’un mobile, pour rester en contact avec la société, être appelé par des employeurs potentiels, une assistante sociale, ou encore bien sûr pour rester en contact avec ses proches.

Le programme mis en place s’articule autour d’une offre de téléphonie mobile solidaire et d’un accompagnement pédagogique et social (maintien du lien social, facilité l’insertion, utilisation du mobile, maîtrise des dépenses, prévention du surendettement…). Les télécommunications sont une nécessité quotidienne pour l’insertion et l’autonomie des personnes.

Aujourd’hui, 2500 personnes ont déjà pu bénéficier de ce programme à Paris, et l’ambition est désormais de l’étendre au niveau national. Elle vise à l’horizon 2015 à couvrir l’ensemble du territoire français et à aider 100 000 personnes.
Depuis la création du programme, près de 200 collaborateurs SFR y ont contribué.

Nouvelle initiative : Emmaüs Défi et SFR réfléchissent à l’élargissement du dispositif à Internet. Une expérimentation commencera à Paris début 2013, pour apporter un soutien au niveau de la connexion, de l’équipement et de la formation.

 

* Tels que définis par l’Agence nouvelle des solidarités active